La fuite des cerveaux, la fuite des Experts Ou comment un pays perd sa richesse la plus stratégique!

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

La semaine dernière, le 15 mai 2020, nous avons tous assisté à la séance de presse à la Maison Blanche, au cours de laquelle Trump a annoncé la nomination du comité qui développera un vaccin contre COVID19 dans le cadre de «l’Opération Warp Speed» ciblant 100 millions de doses de vaccin COVID-19 en novembre, 200 millions de doses en décembre et 300 millions de doses en janvier 2021.
Jusqu’à présent, c’est une nouvelle régulière. Pour Experts sans frontières, cela signifie beaucoup!
Le président du comité qui vient d’être annoncé du pays le plus avancé du monde est le scientifique marocain-américain-belge, Moncef Slaoui.

Qui est Moncef Slaoui? Président des Vaccins


Profil professionnel:
C’est un ancien cadre pharmaceutique de la division vaccins de GlaxoSmithKline (GSK), une société pharmaceutique multinationale basée à Londres. Il est membre du PhRMA et des conseils d’administration de la Biotechnology Industry Organization aux États-Unis, et membre du comité consultatif du directeur des National Institutes of Health. (Huffpost 31.08.2013).

En 2015, il a obtenu l’approbation européenne pour le premier vaccin antipaludique au monde (Mosquirix), et lorsqu’il a pris sa retraite du fabricant de médicaments en 2017, GSK avait un vaccin contre Ebola en cours de développement.

Education: Slaoui a obtenu son doctorat de l’Université de Bruxelles en biologie partielle, spécialisé en immunité. Cela venait d’une tragédie familiale. Sa sœur est décédée des conséquences d’une coqueluche… une maladie immunitaire. Cela l’a mené dans une carrière qui le placerait à la tête du développement de vaccins vitaux, prenant sa revanche sur cette perte.

Engagement dans le transfert d’expertise: Slaoui a toujours été «obsédé» par l’engagement de transférer les connaissances acquises et l’expertise de haut niveau en biologie moléculaire dans son pays. Il a essayé de ronforcer le secteur de la santé publique en étant lui-même le produit d’une école publique de qualité. C’est la condition pour soulager les maladies de l’immunité à l’échelle nationale selon lui. Il a eu du mal à faire profiter son pays de son expertise mondiale et à rendre à l’enseignement public dont il a lui-même bénéficié.

Comment les pays en développement perdent leur richesse la plus stratégique: leurs Experts!


Moncef Slaoui dans sa tentative depuis 30 ans de mettre gracieusement son expertise au service de son pays, le Maroc par l’intermédiaire d’une collaboration avec la faculté de médecine de Rabat, a été mal accueilli. Au départ, les responsables marocains ont toujours approuvé ses idées de collaboration et ont même validé les plans de ses conférences. Mais un jour plus tard, les cours ont été … annulés, sans raison valable. La même chose s’est produite en parallèle avec la Faculté de médecine de Casablanca.

Ici, ce n’est qu’un cas récent démontrant le phénomène profondément enraciné de fuite des cerveaux / Experts dans les pays en développement, et le Maroc est loin d’être le cas unique. Moncef Slaoui est l’un des nombreux scientifiques marocains qui ont immigré pour trouver de meilleures opportunités professionnelles à l’étranger. Il s’agit plutôt d’une «pandémie» courante qui prive ces pays de leur main-d’œuvre la plus qualifiée, de leur meilleur potentiel de croissance et de leurs ressources humaines couronnés de succès à leur âge le plus dynamique!

Le deuxième short-listé qui a concouru avec Moncef Slaoui pour diriger le comité américain «Opération Warp Speed» COVID19 était un scientifique … algérien-américain aussi! Elias Zerhouni est radiologue et ancien chef des National Institutes of Health sous le président George W. Bush et Art Levinson, PDG de Calico. (par Yassine Benargane, dans Yabiladi, papiers Afrique du Nord, 15.05.2020). Tous deux ont été les 2 derniers finalistes…
C’est l’hémorragie la plus grave drainant les pays en développement de leur richesse la plus précieuse et la plus STARTEGIQUE!

Quels sont les facteurs du départ?


Les avantages de quitter le pays sont très importants pour ces Experts. Ce pourrait être une meilleure opportunité d’étude, de meilleures perspectives économiques, de plus grandes possibilités d’emploi selon le domaine d’expertise, un salaire et des revenus plus élevés, un poste plus intéressant, combler le fossé technologique pour certains, une meilleure qualité de vie, plus de sécurité et de stabilité politique … Ou tout simplement, l’appel à l’épanouissement intérieur, la réponse à une curiosité, la volonté de découverte, le besoin de vivre de nouvelles expériences, des défis dans des horizons différents!

Le prix élevé du drain des Experts


La fuite des cerveaux signifie que les pays en développement peuvent avoir du mal à se développer parce que leurs Experts les plus qualifiés quittent l’économie. Cela se traduit concrètement par tant d’aspects négatifs, tels que la baisse des recettes fiscales résultant de la perte d’impôt sur le revenu, la baisse de la compétitivité, la perte d’entrepreneurs potentiels et, dans l’ensemble, cela entraîne une pénurie de professionnels qualifiés clés et un sous-emploi des compétences générales des pays.

La Tunisie, qui fait partie du problème de la fuite des experts Nord-Africains, connaît également une perte très dangereuse de ses Experts les plus qualifiés. Sur les 7 000 ingénieurs formés chaque année en Tunisie, environ 2 500 quittent le pays, la majorité pour la France, a regretté Mohamed Amine Kouraichi, directeur du Bureau de l’information et de la communication de la Guilde tunisienne des ingénieurs (2017).

Les médecins aussi partent massivement vers la France et l’Allemagne à un rythme effrayant, accepté comme juste « Stagiaires associés »! Ils savent qu’ils recevront un salaire très bas (seulement 40 de leurs Français salaire de leurs collègues et de travail en double). Ils savent aussi qu’ils ne seront pas bien reçus par Français société. Ils auront toujours un statut de résidence précaire et risquent d’être priés de partir à tout moment sans raison. Aujourd’hui, ils servent sur la ligne de front de la guerre contre COVID19 dans presque tous les hôpitaux Français.

La part des jeunes médecins en exil est passée de 9 en 2012 à 45 en 2017. Chaque année, entre 200 et 300 médecins spécialistes quittent le pays principalement pour la France, l’Allemagne et le Canada. Ils sont si désespérés de partir, qu’ils partent avec des plans sans retour dans leur tête!
(Frida Dahmani, dans « Tunisie: La fuite des cerveaux s’acélère », jeuneafrique & information, 09.05.2018).

Un cri de désespoir, un appel à la vie!


Les responsables de ces pays ont-ils peur de l’intelligence de leurs propres enfants? Se sentent-ils si peu sécurisés intellectuellement, de sorte qu’ils ont besoin de jeter toute ombre potentielle? Ou détestent-ils simplement les experts brillants et réussis qui reviennent pour vous aider! Il ne fait aucun doute que lorsque vous n’avez aucune responsabilité, la méritocratie est détruite…
Toutefois, même si « la fuite des experts crée une sorte de manque temporaire de professionnels qualifiés, celui qui part pendant 10 ans peut sauver 100 ans à son retour », selon Mohamed Belarbi, coordinateur national des projets à l’Organisation internationale du travail (OIT).

Conclusion


Chez Experts sans frontières, nous tenons cette question au fond de nos cœurs en étant fermement engagés dans les Objectifs de développement durable des Nations Unies. La fuite des experts est l’une de nos préoccupations que notre institution s’attaque à travers le concept intrinsèque et le modèle d’affaires d’ISF en utilisant l’innovation et les procédures perturbatrices.

Nous offrons à nos experts hautement qualifiés et bénéficiant d’une expertise exceptionnelle chacun dans son domaine pour être accrédité sur la Blockchain et faire partie de « la crème de la crème » de chaque nation à travers le monde. Le processus approprié d’ISF leur offre une visibilité mondiale, une reconnaissance et un accès aux missions mondiales et les aide à les maintenir ancrées dans leur environnement et stables dans leurs pays tout en travaillant sur d’autres projets en parallèle.

S’il vous plaît jeter un oeil sur notre site web pour en savoir plus sur Experts Sans Frontières Fédération
www.expertswithoutborders.org

Hayet Bouzid

Business Development Officer

Membre du Comité de Direction

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn